13.10.07


Notable intuición de Le Point

Vimos durante toda la semana anterior a la designación de la premio Nóbel 2007, Doris Lessing, un carnaval de inútiles forcejeos, apuestas y adelantos que cayeron en saco roto. Ni Roth ni Adonis ni Nooteboom ni Magris ni ninguno de los otros que revistas y blogs propusieron, llegaron a consolidarse este año como los premiados. La única revista que, con alucinante intuición -o tal vez con información exclusiva-, rondó el acierto fue Le Point, que ayer mismo publicó un retrato sobre la autora de Canta la hierba, titulado “Doris Lessing, la vieille dame indigne”, con un gorro donde el autor de la nota, Frédéric Ferney, se pregunta “¿para cuándo el Nóbel?”.

On l'a découverte en France avec son « Carnet d'or », prix Médicis étranger en 1976 ; elle est célèbre depuis son premier livre, « Vaincue par la brousse », paru en 1950 en Angleterre, où on la compare à George Eliot et Simone de Beauvoir. On m'avait dit : « Tu vas voir, elle n'est pas commode ! » Un ange. Une mamie-gâteau qui, c'est vrai, profère des vérités à rebours de tous les conformismes. Auteur d'une trentaine de livres, romans ou essais, Doris Lessing est sur la liste du Nobel de littérature depuis plus de vingt ans.

La nota cita declaraciones de Lessing donde se muestra muy reticente a etiquetas como la de escritora comprometida, y recuerda algunas acciones políticas de la escritora que dejaron alguna vez con mal sabor a la izquierda y al feminismo militante europeos (su actitud frente a los excesos del IRA fue célebre).

Devant toutes les sottises, elle s'exclame : « It's ridiculous ! » Elle ne s'indigne pas, elle feint de s'étonner, par exemple de la passivité des citoyens dans les démocraties occidentales : « Comme si, en Europe ou en Amérique, on n'attendait plus rien de la politique, même pas qu'elle soit efficace. » Un écrivain ­engagé ? « Je déteste cette étiquette qu'on me colle sur le dos. Je décris des situations. Je suis écrivain, c'est tout. » Il n'empêche que Doris Lessing n'est jamais là où on l'attend : elle dérange, et elle adore poser des bombes dans son propre camp. D'ailleurs, elle n'est d'aucun camp : « J'aime trop la vérité ! » En 1986, son roman « La terroriste » dénonçait les dérives des activistes de l'Ira. Stupeur à gauche. En 2001, elle fait scandale au Festival du livre d'Edimbourg : devant une audience de féministes, elle vole au secours des hommes, « constamment humiliés et insultés par des femmes stupides, ignorantes et méchantes ». On frôle l'émeute. Elle en sourit : « C'était si amusant ! »

La nota recuerda también la aparición de la traducción al francés de la novela The Cleft, y anuncia la publicación en el idioma de Rabelais del segundo volumen de una trilogía narrativa: Un enfant de l'amour, novela oscura, sensual y breve cuyo tema es el mismo de todos los libros de Lessing –según Ferney-: el imposible acercamiento entre hombres y mujeres, las desilusiones del amor.
(Le Point)

No hay comentarios.:

Publicar un comentario

di lo que puedas

Se produjo un error en este gadget.